Circuit au vietnam : circuit vietnam sur mesure avec une agence de voyage locale,spécialiste des circuits au vietnam

L’ancienne capitale de Hoa Lu

hoa lu

De la citadelle de Hoa Lu, qui ne servit de siège au pouvoir que quarantedeux ans, ne subsistent que quelques ruines. Mais la mémoire des premiers pas du Dai Co Viet sommeille toujours dans la pénombre des beaux temples dynastiques, élevés en souvenir de ses rois. Construits après le déménagement de la capitale à Hanoi et restaurés sous les Nguyen, ces den troublent de par leur sobriété.

Le premier temple desservi par le chemin qui part du parking est le de Dinh, dédié à l’empereur Dinh Tien Hoang. Le temple, un bâtiment à la lourde toiture, ferme la troisième et dernière cour. Les colonnes en bois sont posées sur des bases en pierre octogonales sculptées en bas-relief de fleurs et d’oiseaux. Des dragon jouant parmi les nuages ornent l’encadrement des portes qu’il faut enjamber d’un pas de géant. A l’intérieur, l’autel du Bonnet royal luit dans une ambiance de pourpre fanée et de vieux ors, encadré des armes et enseignes processionnelles. Colonnes et poutres gardent des vestiges de leur décor laqué. Un claustra, déploiement virtuose d’oiseaux et de dragons évoluant dans les nuages, fait écran avec la salle arrière où siègent des statues laquées. Dinh Tien Hoang, coiffé de la couronne à double écran de perles, est entouré de ses fils en vêtements de cour. Les visiteurs vietnamiens sont pèlerins avant d’être touristes et renouvellent toujours les offrandes d’encens, de biscuits et d’argent à leurs premiers souverains. Dans les pavillons latéraux, quelques photos et objets proviennent des fouilles du site.

Des marches grimpent au sommet du mont Ma Yen d’où l’on embrasse le site. Là-haut repose Dinh Tien Hoang dans la sépulture royale la plus ancienne conservée au Vietnam. Bien différente du protocole funéraire chinois adopté dans les tombeaux impériaux de Hué, il s’agit d’un simple tertre adossé à un autel.

A 50m au nord du den Dinh, le den Le, dédié à l’empereur Le Dai Hanh, est disposé selon un plan moins rigoureux. Ses recoins et ses contre-allées font office de potagers, agrémentés de buissons de rosiers remontant et d’hibiscus. Sur un côté, un passage conduit à un hideux hangar construit au-dessus des maigres du palais de Dinh Tien Hoang, mis au jour en 1998 : un pavement, un pan de mur et quelques poteries ornementales. Le temple dynastique obéit au même agencement que celui des Dinh, à la différence que dans la salle des statues trône Duong Van Nga au côté de Le Danh Hanh. Le village voisin de Hoa Lu, à 100m au nord du temple de Le Dai Hanh, est entouré d’un ru où barbotent les canards et que franchit un pont en dos d’âne. Sa petite pagode Nha Tro conserve un joli mur-écran, protégeant aujourd’hui un jardin d’enfants.

Vous pouvez par ailleurs rêver sur les joutes nautiques organisées par les souverains du Dai Co Viet en faisant une promenade en bateau sur la rivière Sao Khue, qui borde le site à l’est, ponctuée de quelques curiosités : la grotte Xuyen Thuy, le mont Hom Sach et la grotte Lien Hoa.