Circuit au vietnam : circuit vietnam sur mesure avec une agence de voyage locale,spécialiste des circuits au vietnam

Le musée d’ethnographie du vietnam

musée d’ethnographie du vietnam

Ce musée d’ethnographie du vietnam -  1 Nguyen Hai Nien, Nghia Do, au nord-ouest de la ville, dans un quartier excentré au bout d’une longue avenue en impasse, près de l’lnstitut tropical russo-vietnamien – phone : (04)37562193. Prenez les bus no14 , un taxi ou un xe om pour vous y rendre. Attention, au retour il vous faut remonter jusqu’à l’avenue Nghia Do, plus passante, pour héler un véhicule – tlj sf lun. 8h-12h30, 13h30-17h30 – 25000 vnd. Droits photo et vidéo. Explications en vietnamien, anglais et français, et possibilité de visite guidée en français.

C’est un passionnant musée où l’on prend toute la dimension de la diversité ethnique du Vietnam. La qualité des pièces et de la présentation donne le choix de se laisser mener par la poésie d’objets inusités chez nous, comme les épouvantails Ba Nas ou les pièges à écureuils des Muongs, ou de découvrir la fabuleuse richesse ethnographique du pays dans un parcours pédagogique qui suit le découpage en cinq familles linguistiques, utilisé pour introduire aux 54 ethnies du pays ( voir< les peuples du Vietnam>, p.57).

Majorité oblige, les Viets, ou Kinhs, inaugurent l’exposition à travers les cultes qui continuent de souder les communautés rurales du delta de fleuve Rouge. Sur un somptueux autel rouge et or trône la Trinité des Saintes Mères, régentes de la Montagne, de la Terre et de l’Eau. C’est dans ce cadre religieux que se développèrent les représentations de marionnettes sur l’eau, manipulées pour le divertissement des dieux et des hommes. La plupart des jouets d’enfants, confectionnés et offerts en cadeau au fil des fêtes du calendrier lunaire, ont disparu de nos jours ( cerfs-volants de l’automne, cages à grillons pour les combats de ces insectes au printemps). Large place est faite aux techniques artisanales dans lesquelles les Viets sont passés maîtres : laques, sculptures sur bois, céramiques de Bat Trang et estampes populaires de Dong Ho. Le chapitre des Viets se clôt sur la reconstitution d’un autel domestique avec ses tablettes ancestrales, ses généalogies et ses portraits.

On découvre ensuite les <montagnards> de parler muong-viet, essarteurs du Than Hoa, de l’ouest du Nghe An et du Quang Binh( filets de chasse, éperviers, arbalète et vaisselle d’écorce). La société des Muongs de Hoa Binh est évoquée à travers les vivants et les morts, autour d’un foyer reconstitué et des bandes de tissu aux couleurs contrastées, tendues comme des bannières pour la veillée funèbre.

A l’étage, la visite se poursuit avec la grande famille des Tais-Kadais et permet de se familiariser avec les habitats de ces ethnies installées dans les vallées au sol fertile, le long des frontières chinoise et laotienne : maison sur pilotis des Tays, Thaïs noirs et Thaïs blancs , ou maison au sol, parfois fortifiée, des Nungs. Des trésors d’art textile son dépliés dans une maison thaï noir reconstituée : brocarts de soie et de coton de Lao Cai, tunique des Tays Pa Di rehaussée de perles en argent, veste à boutons d’argent et jupe plissée des Nungs, sarong à motifs de losanges des Thaï blancs. Les plus élaborés des tissages sont l’œuvre des Co Laos et des Lus, établis à la frontière du Laos.

Les Hmongs et les Daos s’imposent par la variété de leurs costumes. Ainsi, la tunique à disques d’artgent et la coiffe ornée de pièces des Daos< aux sapèques> de Tuyen Quang, ou le costume écarlate des Pa Thens de Ha Giang. La section des Mons-Khmers vous fera pénétrer dans un univers radicalement différent, d’architectures imposantes et de vanneries habiles. Les Ba Nas confectionnent des épouvantails sonores en bambou natté, ou en forme de cerfs-volants, munis d’une tête animale. Ils s’illustrent, de même que les Sedangs, dans une statuaire funéraire qui puise dans la sexualité et l’environnement contemporain. Ces statues sont le prélude à une architecture funéraire encore plus élaborée, celle des Gia Rais, dont on voit un modèle réduit de tombe ainsi que quelques statues.

La longue séquence des ethnies se clôt avec les Chams, les Hoas et les Khmers, évoqués chacun par des objets emblématiques de leur culture : charrette pour le transport des jarres, dragon du nouvel an et soie ikatée.