Circuit au vietnam : circuit vietnam sur mesure avec une agence de voyage locale,spécialiste des circuits au vietnam

Pagode des parfums

Pagode des parfums

A 59km au sud-ouest de Hanoi. Comptez une journée AR.Quittez Hanoi par la route de Ha Dong( 6km), puis prenez à gauche en direction de Van Dinh( 25km). A la sortie de Van Dinh, tournez à droite vers Cho Dau(13km). 2km plus loin, un panneau indique pagode des parfumsChua Huong 10km par une petite route sur la gauche. A la sortie du village de Doc Tin, vous devez acquitter un droit d’entrée de 33000vnd, incluant le bateau( mais pas le pourboire des rameuses, qui vous sera réclamé avec véhémence). L’embarcadère et le parking sont à 1km.

Bon à savoir – Pour vous rendre à la montagne des Parfums, vous devez parcourir 5km dans de petites barques menées par des rameuses.

La légende rapporte que Dieu Tien, une princesse bouddhiste, choisit le mont des Parfums pour retraite, afin d’expier les égarements d’un père cruel. A l’issue d’une vie pieuse et charitable, elle connut l’Illumination et se réincarna sous la forme de Quan Am, le bodhisattva compatissant. Ce massif aux contours escarpés devint de pèlerinage le plus célèbre du delta, lorsqu’en 1686, sous la dynastie de Le, le moine Huyen Quang orchestra restauration et agrandissements. Depuis, le voyage saint à la montagne des Parfums est perpétué chaque année pendant les deux premières lunes( en fév.-mars ou mars-avr.). Au fil des siècles, ses pentes et les berges de la rivière Yen ont vu naître temples, pagodes et chapelles qui sont autant d’étapes pour les fidèles sur le chemin de la pagode de l’Empreinte parfumée, une immense grotte où stalactites et stalagmites forment candélabres et autels naturels. Mystère et mysticisme imprègnent ces lieux, où résonne l’écho mélancolique du cri des gibbons.
Au fil du Song Yen

Un sampan mené à la rame vous conduit en 1h au pied de la montagne située à 5km de l’embarcadère, mais, selon les règles du pèlerinage, il convicent de faire une escale au temple des Présentations( Den Trinh) pour demander au génie-gardien des lieux la permission de poursuivre le voyage. De vieilles femmes, vêtues à l’ancienne mode impériale version Nylon, font répéter les paroles des prières et règlent le protocole du rituel : il faut se présenter successivement devant les trois autels, en brandissant des deux mains audessus de la tête un plateau de gâteaux, de fruits et de monnaie votive. Le dieu est invisible, dissimulé par un écran. Une fois cette formalité accomplie, on remonte en barque pour la plus jolie partie du parcours, quand la rivière sinue au pied des pitons karstiques qui découpent l’horizon. Durant les deux mois de pèlerinage, le train des embarcations est continu. Elles sont chargées d’une population essentiellement féminine, silhouettes vêtues de brun et de noir, les cheveux serrés dans un bandeau, chantant des hymnes à Quan Am, blotties à vingt ou trente dans un bateau où dix Occidentaux tiennent à peine. Arrivées au pied de la montagne, elles se déploient à l’assaut du chemin escarpé qui conduit à la grotte.

L’ascension de la montagne des Parfums
Comptez 2h pour gravir les 2,5km du chemin qui mène à la grotte.
Le sentier est bordé, durant la saison de pèlerinage uniquement, de stands où l’on peut boire, manger ou acheter des objets de piété. Durant ces deux heures, vous gravirez le chemin au milieu d’une foule compacte. Surveillez votre porte-monnaie, car la sainteté des lieux ne trouble pas les pickpockets.
Conseil – évitez les jours ou lendemains d’averse, le chemin se transformant alors en un cloaque dangereusement glissant. Vous pouvez néanmoins vous équiper à la mode locale en achetant une canne à sucre : elle fera office de canne de marche avant de vous rafraîchir de son suc.
Bon à savoir – Pour l’ascension de la montagne des Parfums, vous pouvez aussi utiliser les téléphériques qui vous mènent tout près de la pagode de l’empreinte parfumée.
La pagode de l’Antichambre du Ciel( Chua Thien Tru) constitue une première halte. Détruite en 1947, elle fut reconstruite pour abriter une statue en pierre de Quan Am de près de 3m. à l’entrée, un tripode géant en bronze reçoit les offrandes d’encens, tandis que dans un jardin attenant s’élèvent quelques pagodes funétaires.
De temps à autre, des sentiers s’écartent du chemin pour conduire tantôt à des grottes célèbres pour leurs concrétions calcaires, tantôt à des oratoires, tels la pagode Tien Son, où Quan Am trône en compagnie de ses sœur, la pagode Giai Oan et le temple Cua Vong, où l’on rend culte à la déesse de la Montagne.
La pagode de l’Empreinte parfumsée( Chua Huong Tich)
Parvenu au sommet, vous franchissez tout d’abord un portique arborant le titre de < première grotte sous le ciel méridional> que lui conféra un seigneur Trinh en 1770. Cent vingt marches vous conduisent ensuite vers l’antre obscur. Dans ce sanctuaire pétrifié, la fantaisie des concrétions compose des tableaux étranges. L’un d’eux, baptisé mont Thieu Nhi, semble héberger dans ses replis des effigies d’enfants, que caressent les femmes désireuses d’être enceintes. Partout, des statues se des autels occupent les anfractuosités. L’intérieur est baigné d’une lumière bleutée que rend presque palpable la fumée des bâtons d’encens.

Prévoyez 1h pour redescendre, et une autre pour gagner en bateau le point de départ. Si vous disposez d’un véhicule, vous pouvez gagner Ninh Binh via Phu Ly.