Circuit au vietnam : circuit vietnam sur mesure avec une agence de voyage locale,spécialiste des circuits au vietnam

rivière des Parfums

rivière des Parfums

La rivière des Parfums Hué

Déroulant son cours de la cordillera Truong Son à l’estuaire de Thuan An, la rivière des Parfums est l’âme de la ville et determine sa physionomie. Si de nombreuses legends brodent sur l’origine de son nom, artistes, peintres et poètes n’ont pas manqué d’user de metaphors pour louer sa beauté, la comparant par exemple à un long ruban de soie flottant au vent. Aujourd’hui, le Song Huong concentre une grande partie de l’activité de Hue, les sampans utilizes pour le transport du sable ou des produits qui viennent alimenter le marché Dong Ba côtoyant les bateaux destines à conduire les tourists vers la plaine des Tombeaux.

Passé les portes de la citadelle, la vie semble reprendre son cours. L’animation bat son plein aux abords du Dong Ba (rue Tran Hung Dao, à côté du pont Trang Tien), veritable centre névralgique de Hue. Vous flânerez avec plaisir le long des étals colorés. De nombreux bateaux se present autour des débarcadères, situés à proximité de la grande halle couverte, où sont déchargés les vivres, acheminés depuis les villages voisins.

Franchissez le pont Gia Hoi pour rejoinder le quartier de Phu Cat et prenez tout de suite à gauche la rue Bach Dang.

À hauteur du n­ 100, avant de passer la rue Ngu Vien, un portail en pierre à trois portes marque l’entrée de la pagoda Dieu De qui se dresse au bout d’une allée bordée d’arbres. Édifiée  en 1842 sous le règne du roi Thieu Tri, elle fut jadis l’une des plus jolies et des plus importantes pagodes de la ville. Elle abrita même au cours de l’histoire une fonderie de la monnaie nationale, ainsi que les reunions d’étudiants et de bouddhistes opposés au régime de Ngo Dinh Diem. Elle ne paie plus vraimant de mine aujourd’hui, mais est encore très fréquentée aux heures des offices.

Poursuivez le long de la rue Bach Dang et empruntez le chemin de terre à droite du pont qui rejoint la rue Nguyen Chi Thanh. Continuez pendant 300m.

Vous apercevez sur la gauche, enretrait de la route, la pagode Tang Quang, où les gens ont coutume de se recueillir le 14 de chaque mois. Vous pouvez demander la clé, mais l’intérieur, vide et kitsch, ne présente que peu d’intérêt. Continuez sur Nguyen Chi Thanh, puis prenez à droite la rue Ho Xuan Huong.

Vous pagodes Ong et Ba. Revenant vers citadelle, vous passez devant une maison communale, la pagoda Chieu Ung et l’ancienne mosque.

La ville modern

Comptez une demi-journée.

Bon à savoir – La promenade que nous vous conseillons ici ne compte pas de monuments majeurs; c’est surtout une balade d’ambiance qui vous fera frendre le pouls de la ville au quotidian.

Sur la rive est de la rivière de Parfums

La rive et du Song Huong est occupée par les quartiers modernes de Hue. Ils contrastent avec la citadelle dont ils sont loin de posséder le charme, mais ils demeurent de taille humaine et conservnet quelques ruelles paisibles où il fait bon se promener. Hôtels, restaurants et boutiques se concentrent aux abords des avenues Hung Vuong et Le Loi.

En abordant la rive est par le pont Trang Tien, vous êtes accueilli par l’imposante silhouette de l’hôtel Saigon Morin. Bâti en 1901, ce superbe edifice d’architecture coloniale fut restauré en 1995 avec le concours de l’AAVH, dans le respect des plans d’origine; dans ses couloirs, des reproductions de photos d’époque montrent la ville au début du 20e s.

Remontez la rue Le Loi vers la gare.

Aux no 23-25, supplombant la rivière des Parfums, les deux imposantes bâtisses qui hébergeaient les services des Travaux publics à l’époque coloniale devraient accuillir, en 2014, le nouveau muse de Hue. Dédié  aux traditions et aux visages anciens de la ville, ce dernier exposera des archives de l’Association des Amis du Vieux Hue et du fonds Albert Sallet. Plus loin sur le même trottoir, la foundation Le Ba Dang vous fera découvrir l’oeuvre de ce plasticien, peintre et sculpteur né en 1921, dont les creations entremêlent les influences orientales et occidentales.

En continuant à remonter la rue, vous apercevez sur votre gauche les bâtiments rose saumon du college national. Si vous venez le soir, après la sortie des classes, peut-être aurez-vous alors la chance d’assister à l’une des leçons d’art martiaux données dans la cour en plein air.

Sur la rive sud de la Phu Cam

À hauteur de l’hôtel La Résidence, prenez sur votre gauche la rue Dien Bien Phu, passez la voie de chemin de fer, tournez dans la première rue à droite, puis tout de suite à gauche.

On accede à la pagoda Bao Quoc par une volée de marches que monine une large porte en pierre décorée d’incrustations en porcelain bleu et blanc. Édifiée à la fin du 17e s. par le bonze Giac Phong, elle fut élevée plus tard au rang de pagoda d’état. Vous viendrez surtout ici pour la sérénité du lieu. Dans un bâtiment attenant, des moines suivent leurs cours, tandis que dans le jardin ombragé situé à l’arrière du sanctuaire, parmi les tombeaux de bonzes ayant oeuvré pour la pagoda, de jeunes étudiants profitent de cet endroit paisible et reposant pour reviser.

Remontant la rue Dien Bien Phu, vous passez devant la jolie pagoda Thien Minh, sise au no 91. Quelques dizaines de mètres plus loin, prenez la première rue à gauche pour accede à l’entrée de la pagoda Tu Dam.

Élevée en 1695 par le bonze Minh Hoang Tu Dung, la pagoda Tu Dam est précédée d’une vaste cour où peuvent se réunir des milliers de fidèles. Dans un coin s’épanouit un large figuier, planté en 1936. Si la pagoda conserve aujourd’hui autant d’importance, c’est qu’elle fut pour beaucoup dans la foundation et le développement du bouddhisme au Vietnam. Elle accueillit notamment l’Association des etudes bouddhistes de l’Annam (1936), les activités bouddhiques anticolonialistes pour l’indépendance du people (1945), ainsi que le movement bouddhiste contre la dictature du president Ngo Dinh Diem (de 1960 à 1963).

Au bout de la rue Su Lieu Quan, prenez à gauche dans la rue Phan Boi Chau et descendez jusqu’à la rivière Phu Cam, puis prenez à droite avant le pont la rue Phan Chu Trinh. Parvenu au pont suivant, remontez sur votre droite dans la rue Nguyen Truong To.

La massive cathédrale Phu Cam manqué pour le moins de grâce avec ses deux hautes tours de pierres grises. Elle est l’oeuvre de l’architecte vietnamien Ngo Viet Thu, prix de Rome en 1955, qui a par ailleurs signé le palais présidentiel de Ho Chi Minh-ville.